5 principes pour des municipalités ludiques adaptées aux tout-petits - Prendre soin de notre monde

5 principes pour des municipalités ludiques adaptées aux tout-petits

Si vous pouviez expérimenter la Ville à la hauteur d’un enfant de 3 ans – soit 95 cm – que changeriez-vous?

Cette question toute simple est au cœur de l’initiative Urban95 créée en 2016 par la Fondation Bernard van Leer pour aider à changer les environnements qui façonnent la vie des jeunes enfants. En 2017, la Fondation a soutenu la firme d’architectes Gehl ainsi que l’Institut Gehl pour la publication de 10 principes démontrant comment les espaces publics d’une ville pourraient mieux soutenir les jeunes enfants et leur famille. La publication vise à informer et à inspirer des décideurs municipaux, les acteurs de santé publique et les membres d’une communauté qui souhaitent créer des villes plus accueillantes.

Voici le top 5 des principes d’action pour une ville ludique, amicale et en santé

 

1. Rendre plus visibles les jeunes enfants et les adultes qui leurs sont significatifs

L’environnement bâti est généralement conçu pour les adultes. Penser aux tout-petits et à leur famille dans l’aménagement de nos villes est essentiel. Ainsi, nos espaces publics répondront mieux aux besoins d’une variété de clientèle, y compris les personnes à mobilité réduite. Observer et comprendre comment les jeunes enfants et leurs familles vivent et passent du temps à l’extérieur aidera les villes à adapter leurs interventions.

Par exemple, compter et documenter les endroits où les gens marchent, se reposent et se livrent à des activités quotidiennes nous illustre la façon dont les jeunes enfants et leurs familles parcourent la ville. Ces données peuvent ensuite soutenir les décisions municipales.

Un facteur de réussite important est l’implication des familles et des organismes œuvrant en petite enfance dans le processus de collecte de données et d’aménagement.

 

2. Nourrir la curiosité

La liberté de se déplacer, d’aller à la rencontre d’amis et d’explorer les espaces publics contribue au développement des jeunes enfants. Pourtant, la distance à l’intérieur de laquelle un enfant explore par lui-même a diminué de manière significative au fil des générations.

L’environnement bâti devrait offrir aux enfants l’espace nécessaire pour partir à l’aventure et fixer leurs propres limites, de manière raisonnable, tout en assurant leur sécurité. Les espaces publics peuvent développer la confiance et le respect entre les enfants, leurs familles et la communauté. Lorsque les enfants sont encouragés à explorer leur environnement à l’intérieur de leurs propres limites, cela permet même aux plus jeunes d’entre eux d’explorer, d’apprendre et de faire confiance.

3. Laissons les enfants se salir!

Les cerveaux des jeunes enfants se développent rapidement. L’environnement bâti et naturel soutient ce développement, car il offre des odeurs, des textures, des sons et des défis qui changent au fil des saisons. Par exemple, les surfaces inégales dans les parcs, les espaces verts et les places publiques permettent aux enfants de grimper. Le sable les laisse creuser, construire et manipuler. Les adultes peuvent soutenir l’apprentissage en démontrant que l’expérimentation est permise et amusante. Les jeunes enfants dépendent de telles interactions avec les adultes significatifs et l’environnement pour apprendre.

 

4. Améliorer les lieux publics à proximité de la maison

Les enfants veulent jouer partout. En conséquence, ils devraient avoir accès à des espaces publics ludiques au-delà des grands parcs et terrains de jeux. Les municipalités peuvent utiliser les petits espaces verts pour améliorer la vie des jeunes enfants et de leurs familles. Ces espaces de quartier, situés dans des zones accessibles aux familles à pied ou à vélo, offrent la possibilité de rencontrer des voisins, de se détendre et de jouer. Les arbres et les trottoirs améliorent aussi la qualité des expériences près de la maison. Étant donné que les jeunes enfants ont une mobilité limitée, il est essentiel d’identifier ce qui leur est accessible près du lieu de résidence.

 

5. Utiliser la rue

Comptant pour 25 à 30 % de la superficie totale de la plupart des villes et de 70 à 80 % de tous les espaces publics, les rues sont l’un des actifs les plus sous-utilisés d’un point de vue humain. Dans certains cas, les rues ne sont pas seulement des voies pour les autos, mais aussi des endroits où passer du temps et interagir avec les autres.

La mobilité d’un tout-petit étant limitée, les rues les plus proches de la maison peuvent devenir un espace utilisé régulièrement. L’ajout de bancs dans des endroits fréquentés encourage la marche. Le jeu dans la rue et les fêtes de quartier donnent aux enfants un espace pour jouer et permettent aux voisins de se rencontrer. Ils peuvent créer un réseau de soutien tout en s’appropriant la rue autrement que par l’utilisation de l’auto.

L’ajout de saillie de trottoir et d’autres caractéristiques de design facilitent le déplacement d’une poussette, ainsi que des fauteuils roulants et des marchettes. Enfin, la proximité entre les lieux de résidence, les commerces, les services de garde éducatifs, les écoles et les services publics encourage les plus jeunes et leurs parents à marcher et pédaler.

Pour consulter les 10 principes de la publication en anglais : Space to Grow – Ten principles that support happy, healthy families in a playful, friendly city

 


Un autre billet susceptible de vous intéresser :

Une ville conçue pour les enfants : 6 interventions pour y arriver


 

Partager

Laisser un commentaire

bas-de-page-dessins-03

logo-quebec

Mission

Prendre soin de notre monde vise l’amélioration de la qualité de vie et la création et le maintien d’environnements favorables à la santé et aux saines habitudes de vie des citoyens des villes québécoises.

Nous joindre

Pour toutes questions ou demandes de renseignements en lien avec Prendre soin de notre monde, communiquez avec nous :

Par téléphone
1-866-370-6688, poste 5
Lundi à vendredi : de 8 h 30 à 16 h

Par courriel
courriel