Comment atténuer la pollution sonore ?

Il y a quelques semaines, nous vous parlions des répercussions négatives que peut avoir le bruit environnemental sur la qualité de vie et la santé des citoyens. Maintenant, place aux solutions ! Voici des pistes d’amménagement et de planification du territoire pour créer des milieux sonores sains.

Les MRC et municipalités ont maintenant accès à un guide qui documente la réduction du bruit.  Diverses mesures qui peuvent s’appliquer dans l’aménagement et la gestion du territoire y sont détaillées. De plus, le guide est complété par une liste d’outils essentiels. Fait intéressant, bon nombre des mesures présentées atténuent non seulement le bruit, mais peuvent aussi limiter les effets de la pollution de l’air, de la chaleur et améliorer la sécurité routière. Au-delà de la prévention de la pollution sonore en s’attaquant directement aux sources d’émission, l’aménagement du territoire se révèle un moyen efficace et primordial pour atténuer ce problème. Voici quelques-unes des manières.

 

1 Mieux concevoir et localiser les bâtiments à fonction résidentielle

Résidences, logements collectifs, mais aussi établissements recevant des personnes vulnérables (écoles, garderies, hôpitaux et résidences pour personnes âgées) doivent bénéficier d’une conception intérieure optimale (ex. ne pas disposer les pièces critiques comme chambre à coucher ou salon face aux sources de bruit, particulièrement celui des routes). L’emplacement des établissements qui hébergent des personnes vulnérables se doivent d’être identifiés de façon stratégique.  Les emplacements privilégiés peuvent être à proximité de parcs par exemple ce qui permet de créer des zones calmes et séparatrices de sources de bruit.

2 Mieux partager les routes

Parce que moins de véhicules sur les routes signifie une réduction du bruit, les modes de transport actifs et collectifs devraient être encouragés. La rue dite « complète » se révèle en ce sens un bon moyen pour favoriser l’un et l’autre. Ce concept peut regrouper des bandes ou des pistes cyclables, des trottoirs et des rampes pour accéder à ceux-ci, des passages pour piétons et des voies prioritaires pour le transport collectif. Cette formule rend par ailleurs les déplacements plus sécuritaires et plus efficaces pour différents types d’usagers.

3 Des obstacles à la vitesse

Pour freiner la vitesse des véhicules, et ainsi diminuer le bruit émis par ceux-ci, divers obstacles rappellent le bon comportement de conduite à adopter dans certains secteurs. Le rétrécissement de voies de circulation par des avancées de trottoir ou l’installation de dos d’âne allongés forcent par ailleurs les conducteurs à mettre la pédale douce. L’utilisation de radar pédagogique (affichage de la vitesse) est une autre mesure qui contribue à diminuer le bruit.

4 Faire écran au bruit

Les barrières physiques entre les sources de bruit et les milieux à protéger ont également fait leurs preuves, et leur efficacité varie en fonction de leurs matériaux et de leur configuration. Dans la planification et l’aménagement de l’espace, il est plus judicieux de mettre des édifices à vocations commerciales en bordure de boulevards et d’autoroute pour bloquer le bruit. Cela évite d’avoir recours à des murs antibruit ou des buttes de terre. Cependant, la combinaison de plus d’une de ces mesures augmente l’efficacité. L’utilisation de végétaux doit être planifiée de manière optimisée pour qu’ils bloquent ou ralentissent la propagation du bruit. Il est ainsi préférable de prévoir plus qu’une rangée d’arbres !

5 L’entretien du réseau routier

La réparation des fissures et autres altérations de la chaussée permet d’atténuer les sons émis par le passage répété des pneus. Entretenir et réparer les revêtements endommagés diminueront par ailleurs les bruits, parfois assourdissants, liés aux déplacements des véhicules.

6 Bruit routier et plusieurs autres sources de bruit

En plus du bruit routier, des mesures pour atténuer le bruit de la circulation aérienne, le bruit ferroviaire, d’installations portuaires et de chantiers de construction font partie des pistes de solutions documentées.

Pour en savoir plus sur le sujet et pour connaître d’autres types d’aménagements favorables à la diminution du bruit, consultez le document des « Meilleures pratiques d’aménagement pour prévenir les effets du bruit environnemental sur la santé et la qualité de vie« , publié par l’INSPQ.

 


Un autre article susceptible de vous intéresser:

Le bruit environnemental : pourquoi agir?


 

Partager

Laisser un commentaire

Mission

La Démarche Prendre soin de notre monde vise l’amélioration de la qualité de vie et la création et le maintien d’environnements favorable  à la santé et aux saines habitudes de vie des citoyens des vles québecoises.

Nous joindre

Pour toutes questions ou demandes de renseignements en lien avec Prendre doin de notre monde, communiquez avec nous:

Par téléphone

1-866-370-6688 poste 5

Par courriel