4 solutions pour diminuer la consommation de boissons énergisantes

Boissons énergisantes

De nombreuses actions peuvent être mises en place pour interdire la vente de boissons énergisantes dans les établissements publics et ainsi sensibiliser la population aux risques pour la santé.

Par exemple, les lieux sportifs et récréatifs relevant des municipalités, soit les arénas, les stades de soccer ou de baseball, ou les salles de curling, n’offrent plus de boissons énergisantes entre leurs murs. Pour aller encore plus loin, voici quatre autres solutions fort intéressantes.

1. Appuyer des programmes de prévention

Le Réseau du sport étudiant du Québec a mis en place le programme Gobes-tu ça afin de sensibiliser les jeunes à l’égard des effets néfastes des boissons énergisantes. Leur première campagne, Mon carburant, a fait prendre conscience aux jeunes des ruses utilisées par l’industrie pour influencer leurs choix de consommation. Menée par la Fondation des maladies du cœur, Sois futé, bois santé est une autre initiative sensibilisant les jeunes à la consommation de boissons sucrées dont les boissons énergisantes.

Boissons énergisantes

2. Adopter une réglementation plus sévère

Interdire la vente de boissons énergisantes aux mineurs est une autre avenue intéressante à envisager, vu le manque de connaissances quant aux effets des boissons énergisantes sur la santé. Par exemple, en Suisse, les jeunes de 15 ans et moins ne peuvent pas acheter de boissons énergisantes. En Suède, certaines chaînes de dépanneurs en interdisent la vente aux jeunes de moins de 15 ans.

Boissons énergisantes

3. Limiter les lieux de mise en marché

Quelques pays restreignent la commercialisation des boissons énergisantes. En Norvège, seules les pharmacies sont autorisées à en vendre. Au Canada, dans la province du Nouveau-Brunswick, la vente de boissons énergisantes et d’autres boissons sucrées est interdite dans les écoles. Au Québec, plus de 40 municipalités interdisent la vente de boissons énergisantes dans leurs locaux, grâce au modèle de résolution créée par l’Association pour la santé publique du Québec.

Boissons énergisantes

4. Imposer une taxe spéciale sur les boissons sucrées

L’imposition d’une taxe sur les boissons sucrées, y compris les boissons énergisantes, fait partie des stratégies à mettre en place pour lutter contre l’obésité selon plusieurs chercheurs en santé publique. Par exemple, aux États-Unis, la ville de Berkeley est la première à avoir imposé une taxe sur les boissons sucrées. Cinq mois après sa mise en vigueur, les citoyens provenant de milieux défavorisés avaient diminué leur consommation de 21 %. (source Veille action)

Pour en savoir davantage sur le sujet, lisez Taxation des boissons sucrées au Canada : des experts en analysent la pertinence et les impacts potentiels, un article de Veille Action.

 


Un autre article susceptible de vous intéresser:

11 recommandations pour mieux promouvoir une saine alimentation


 

Partager

Laisser un commentaire

bas-de-page-dessins-03

logo-quebec

logo-veille-action

Mission

Prendre soin de notre monde vise l’amélioration de la qualité de vie et la création et le maintien d’environnements favorables à la santé et aux saines habitudes de vie des citoyens des villes québécoises.

Nous joindre

Pour toutes questions ou demandes de renseignements en lien avec Prendre soin de notre monde, communiquez avec nous :

Par téléphone
1-866-370-6688, poste 5
Lundi à vendredi : de 8 h 30 à 16 h

Par courriel
courriel